Quelques définitions : 

Oralité 

L’oralité est la fonction liée à la sphère orale c’est-à-dire en lien avec la bouche.

 

Elle comprend différentes actions :

  • l’acte de manger,

  • le goût, l’olfaction,

  • la communication, le langage,

  • la respiration.

Sources :

ABADIE Veronique « Les troubles de l’oralité alimentaire du jeune enfant » Rééducation Orthophonique - N° 220 - décembre 2004 p57-70

L’oralité positive, Catherine Thibault, 2015, p35-48

 

Oralité alimentaire

L’oralité alimentaire est l’acte de manger par la bouche.

Elle comprend 2 stades apparaissant à différents moments du développement de l’enfant :

  • L’oralité alimentaire primaire, présente jusqu’à l’âge de 4 mois, correspond à la succion et la déglutition,

  • L’oralité alimentaire secondaire, apparaissant à partir de 5 mois, correspond à la mastication et au passage à la cuillère lors de la diversification alimentaire.

 

Source :

Troubles de l’oralité du jeune enfant - Véronique Abadie Rééducation Orthophonique - N° 220 - décembre 2004 - p57 à 70

 

Trouble de l'oralité alimentaire 

Le trouble de l’oralité alimentaire, appelé aussi dysoralité alimentaire, est l’ensemble des difficultés que rencontre l’enfant lors de l’alimentation par voie orale.

 

L'enfant peut alors présenter différents comportements car les troubles de l'oralité sont variables en fonction des enfants :

  • Une absence de comportement spontané d’alimentation,

  • Un refus d’alimentation,

  • Un refus des morceaux,

  • Un petit appétit,

  • Un rejet de certains aliments,

  • Des nausées ou vomissements,

  • Une anomalie de la coordination des mouvements volontaires (succion, déglutition ou mastication),

  • Des phobies alimentaires,

  • Une hypersensibilité de la bouche et des lèvres.

 

 

Dans le trouble de l'oralité alimentaire de l'enfant, la quantité d'aliments ingérée par l’enfant est considérée à tort ou à raison comme insuffisant.

 

Sources :

L’oralité positive, Catherine Thibault, 2015, p35-48

Troubles de l’oralité du jeune enfant - Véronique Abadie Rééducation Orthophonique - N° 220 - décembre 2004 - p57 à 70

 

Néophobie alimentaire 

La néophobie alimentaire de l’enfant est la peur que suscite un aliment nouveau ou l’abandon d’aliment déjà consommé. L’enfant ressent une crainte de certains aliments qu'il considère potentiellement dangereux.

C’est un stade normal de développement de l’enfant dans la plupart des cas, mais il peut devenir pathologique en cas d’exclusion d’un grand nombre d’aliments.

C'est un phénomène fréquent que beaucoup d'enfants rencontrent lors du développement entre 18 et 30 mois.

La néophobie alimentaire peut être atténuée et même surmontée par les apprentissages, notamment avec la familiarisation des aliments.

L'enfant peut présenter différents comportements :

  • Trier les aliments mélangés ou examiner les aliments

  • Faire la grimace devant certains aliments

  • Mâcher longuement

  • Refuser l’aliment sans le goûter ou refuser d'ouvrir la bouche

  • Recracher

  • Repousser l’assiette ou la cuillère

  • Détourner la tête​

La néophobie alimentaire peut être expliquée par 4 hypothèses :

  • Il peut s’agir de la traduction de l’opposition de l’enfant à ses parents,

  • L’enfant peut être à la recherche de sécurité dans le domaine alimentaire,

  • Il peut s’agir pour l’enfant d’un moyen de manifester son autonomie croissante,

  • Il peut s’agir d’une rigidité perceptive de l’enfant.

Source :

La construction du goût chez l’enfant, Natalie Rigal, Rééducation Orthophonique N° 220 - décembre 2004 - p14

 

https://www.nospetitsmangeurs.org/la-neophobie-alimentaire/, centre de référence en alimentation de la petite enfance, avril 2013, université de Montréal, centre de nutrition

 

Hypersensibilité sensorielle

ou Dysoralité sensorielle

L’hypersensibilité sensorielle correspond à une réaction exacerbée à certaines odeurs ou certains aliments : elle est due à une hypersensibilité des organes du goût et de l'odorat.

 

Il s'agit d'une hyper-réactivité des organes du goût et de l’odorat  associée à une exagération, plus ou moins importante, du réflexe nauséeux normal.

Pour rappel, le réflexe nauséeux est un système de défense de l’organisme qui permet, de ne pas avaler les substances détectées comme nocives.

 

Dans le contexte de dysoralité sensorielle, les sensations corporelles sont perçues comme irritatives et déclenchent des réponses exagérées comme des nausées ou des vomissements.

L'enfant présente un dégoût pour un plus ou moins grand nombre d'aliments.

 

L'oralité alimentaire peut être perturbée par une hypersensibilité de la sphère orale concernant les odeurs, les textures ou la vue de certains aliments.

L'enfant peut présenter différentes réponses : 

- Défenses tonico-posturales : détournement de la tête, ...

- Défenses tactiles : toucher furtif ou refus de toucher, ...

- Défenses orales : fermeture de la bouche, nausées et vomissements, ...

- Défenses comportementales : agitation, colère, endormissement, ...

La désensibilisation par le massage permet d'améliorer les symptômes.

Source :

"Hyper nauséeux et troubles de l'oralité chez l'enfant", Catherine Senez, Rééducation Orthophonique N° 220 - décembre 2004 - p93 à 102

 

Les troubles sensoriels : impact sur les troubles alimentaires, Emmanuelle Prudhon Havard, Marjorie Carreau et René Tuffreau, bulletin scientique de l'arapi, 2009